,

Rencontre avec Maria-Francesca Devichi, aka Mademoiselle D., vigneronne en Haute-Corse

Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas brossé le portrait d’un vigneron ou d’une vigneronne, essentiellement par manque de temps. Qu’à cela ne tienne, j’ai décidé qu’en 2015 j’allais tout faire pour essayer de trouver du temps et renouer avec ce plaisir que j’avais à aller « sur le terrain », à la rencontre des personnes qui se cachent derrière les bouteilles qui me font vibrer ou m’interpellent.
Afin que ces bonnes résolutions ne résument pas à de belles paroles, je vous propose de commencer tout de suite, en revenant avec vous sur une visite qui date de cet été. Pour ce premier portrait du millésime 2015, je vous emmène en Haute-Corse, et plus précisément au lieu-dit Fontana, à Barbaggio, tout près de Patrimonio, à la découverte de Maria-Francesca Devichi (que vous pouvez aussi appeler Marie-Françoise), aka Mademoiselle D., et de son domaine éponyme.

Avant de faire les présentations, laissez-moi vous situer le cadre géographique…

Map google pour situer Barbaggio en Corse
La version « google » pour vous situer le petit village de Maria-Francesca, sur la route entre Saint-Florent et Bastia

Le caveau du domaine Devichi, où Maria-Francesca vinifie ses vins et accueille le public, se trouve sur les hauteurs, sur la route menant de Saint-Florent à Bastia, au cœur du lieu-dit Fontana, sur la commune de Barbaggio.
Les vignes en revanche, sont plus bas, dans la plaine.

Google Street View du caveau Devichi
Google Street View du caveau Devichi au lieu-dit Fontana
Vue côté mer sur la route de Barbaggio
Vue « côté terre » depuis la route entre Patrimonio et Barbaggio
Vue côté terre sur la route de Barbaggio
Vue « côté terre » depuis la route entre Patrimonio et Barbaggio

Du domaine Jacques François Devichi à Mademoiselle D …

Ce domaine de 40ha appartient depuis 6 générations à la famille Devichi, une des plus anciennes familles de vignerons de l’île.
Le grand-père de Maria-Francesca fut même l’un des premiers de l’appellation Patrimonio à mettre le vin en bouteille et à proposer la dégustation gratuite à la cave .
portrait Maria-Francesca Devichi
Après un parcours qu’elle qualifie elle-même de « très éclectique », Maria-Francesca Devichi a rejoint l’exploitation familiale en 2002, et a officiellement repris les rênes en 2012, devenant ainsi la 6ème génération à la tête du domaine, et la première femme.

Quand j’ai commencé à aider mon père, il apportait le vin fini et agréé en coopérative. A l’époque, il avait fait ce choix avec ma mère car je ne devais pas reprendre l’exploitation et cela lui permettait d’ « économiser » en temps la partie commerciale et la mise en bouteilles pour peaufiner le travail de ses vignes, et les rendre encore plus belles.
Puis la coopérative a fait faillite, avec une créance encore impayée à ce jour. Ça n’a pas été facile, il a fallu nous retrousser les manches, conserver nos salariés [certains travaillent avec nous depuis plus de 20 ans] et trouver de nouveaux marchés. Même si le travail ne me fait pas peur, j’ai surtout eu la chance de croiser les bonnes personnes au bon moment, je leur en serai toujours reconnaissante. On a ouvert de nouvelles voies, et on a continué à vendre en gros au négoce et à l’export pendant encore des années. Puis ma reprise de l’exploitation s’est profilée comme une évidence.MF Devichi

Aujourd’hui Maria-Francesca est donc vigneronne à 100%, et peut compter sur une équipe de 7 personnes pour l’épauler, ainsi que sur son père, Jacques Devichi, qui l’a formée et continue de lui donner un coup de main, en l’aidant notamment à superviser le travail à la vigne.

En reprenant le domaine, elle a très vite été confrontée à un problème de taille : l’absence de notoriété du domaine Devichi.

Quand les gens m’interrogeaient sur mon métier et que je répondais vigneronne, on me demandait tout de suite le nom de mon domaine. Et systématiquement, quand je répondais « Devichi », personne ne connaissait… Il faut dire que cela faisait 10 ans que mes parents ne mettaient plus en bouteille sous leur étiquette, alors forcément, le nom s’était un peu perdu.
Un peu piquée d’orgueil j’ai voulu remédier à ça, recréer une image, un visuel, démarcher quelques établissements, et reprendre la vente au caveau.
Puis, je me suis lancée, j’ai « créé ma marque », parce qu’en 2015 un paysan est aussi businessman, et Mademoiselle D est née. Un peu pour marquer l’étape, qui est grande pour moi et pleine de challenges à relever, dans un milieu plutôt masculin; et puis aussi pour me dire que si le destin a voulu que je reste sur mes terres (et il a eu raison) c’est pour y laisser quand même un peu mon empreinte.MF Devichi

logo Mademoiselle D en cours de création
Nouveau logo en cours de création pour Mademoiselle D

Outre ce projet de création de marque, Maria-Francesca s’est aussi investie personnellement dans la promotion de ses vins, notamment sur les réseaux sociaux.
Pour tout vous dire, c’est d’ailleurs comme cela que nous nous sommes rencontrées. Car, j’ai beau connaître un certain nombre de domaines corses, je dois bien admettre que je n’avais jamais entendu parler du domaine Devichi avant de tomber sur ce domaine sur Twitter, puis sur Instagram, ce qui ne m’a pas empêchée d’être tout de suite intriguée par ce petit domaine de Haute-Corse et par la demoiselle qu’il y avait derrière.

Une demoiselle qui m’a d’emblée parue très dynamique, fourmillant d’idées et avec une très bonne compréhension de l’utilité des réseaux sociaux pour un domaine comme le sien.
Au fil de nos échanges, mon impression s’est confirmée et c’est tout naturellement que je me suis promis d’aller lui rendre visite lors d’un prochain passage en Corse.
J’ai tenu ma promesse cet été, et après avoir fait connaissance « en vrai » avec « Mademoiselle D. », je peux vous dire que sa communication sur les réseaux sociaux est à son image et à l’image de ses vins : authenticité, générosité, joie de vivre, modernité et dynamisme !

Comment voit-elle son métier de vigneronne et le vin de façon générale ?

C’est un métier où l’on apprend tous les jours, aussi bien dans les rangées qu’entre les cuves.
Un métier de passion, souvent difficile, mais c’est cette passion qui t’apporte de grandes joies et te fait oublier tout le reste.
Le vin, pour moi ce sont des valeurs mais aussi la convivialité, le partage et le plaisir. Un produit qui doit rester abordable et accessible à tous, même quand il est très très bon.MF Devichi


Maintenant que les présentations sont faites, laissez-moi vous parler du travail de MF Devichi à la vigne et à la cave.

Sa philosophie, dans les vignes et à la cave

Les vignes appartenant au domaine Devichi s’étendent sur 40ha d’un seul tenant dans la plaine, sur un sol argilo-calcaire.
On y trouve du niellucciu (occupant à peu près la moitié de la surface), du vermentinu (aussi appelé malvoisie) et du muscat petits grains.

Lors de ma visite, j’ai eu droit à un petit tour dans les vignes et le moins que l’on puisse dire c’est que l’environnement de travail de Maria-Francesca a de quoi faire des envieux !

Raisin dans les vignes Devichi 2

Raisin dans les vignes Devichi 1

Vignes du domaine Devichi 1

Vignes du domaine Devichi 5

Vignes du domaine Devichi 2

Chez les Devichi père et fille, les vignes sont chouchoutées pour qu’elles puissent donner les plus beaux raisins possibles, condition sine qua non à leurs yeux pour espérer produire un vin de qualité.

Je n’oublie pas qu’avant tout un vigneron (ou une vigneronne) c’est un agriculteur, un paysan. Je ne crache pas sur mes racines, et ma première fierté, c’est de produire de beaux raisins. Et pour ça, crois-moi, j’ai été à bonne école avec mon père. Je tiens de lui cette passion et cet amour du travail bien fait.
On travaille en agriculture raisonnée, mais la labellisation bio ne m’intéresse pas. Sur le plan personnel d’abord, parce que je n’aime pas mettre des gens dans des cases et encore moins que l’on m’y mette. Et puis parce que je sais ce que je fais, et que j’essaie de le faire bien, dans l’intérêt de tous, aussi bien à la cave qu’à la vigne.MF Devichi

Pour assurer la qualité des raisins qui arrivent à la cave, les vignes sont vendangées manuellement. Cela représente une charge de travail non négligeable car il faut plusieurs semaines pour vendanger les 40ha, mais ce travail est un passage obligé selon MF.

Cela me permet d’effectuer une vraie sélection « des grappes » selon mon type de produit, et aussi de garder une visibilité sur ce que l’on rentre à la cave, tout en conservant le fruit intact pour pouvoir le travailler dans les meilleures conditions possibles.MF Devichi

Cuves du domaine Devichi

Après le soin apporté à la vigne, l’objectif à la cave est avant tout de faire ressortir le terroir et l’expression des cépages utilisés sur l’année écoulée (le fameux effet millésime).
Pour ce faire, Maria-Francesca ne levure pas et sulfite juste ce qu’il faut pour que les meilleures souches de levures indigènes présentes sur la pruine du raisin se développent.

Les goûts de pamplemousse et de banane, ça ne m’intéresse pas, mais un bon Niellucciu, travaillé en macération longue avec un raisin top en qualité et en maturité, qui te donne un fruité et une rondeur même après seulement 12 mois de garde, c’est un peu ma marque de fabrique.MF Devichi

Les vinifications sont réalisées dans des cuves en inox et en béton.

Mais la vigneronne aime aussi tenter de nouvelles expériences.
Avec les raisins de la vendange 2014 par exemple, elle s’est essayée à un rosé de saignée alors que jusqu’à présent, le pressurage direct était de rigueur.
Elle aimerait également s’essayer à la vinification dans des cuves œufs, et pourquoi pas tenter des choses avec un élevage sous bois, même si à date, c’est une chose qu’elle ne maîtrise pas.

Je veux continuer à faire des produits que j’aime, sans suivre les modes ou les marchés. Aujourd’hui c’est un peu triste de voir les techniciens prendre le dessus et dicter cette homogénéisation du goût. On ne sait plus dire « ça ne me plaît pas » mais seulement, « ça n’est pas bon » ! Chacun doit savoir rester à sa place et surtout rester humble.MF Devichi

Et la dégustation dans tout ça ?

  • Les vins en AOC Patrimonio

Vin rouge et vin rosé Devichi

Les vins qu’élaborent MF Devichi se déclinent sur les trois couleurs.

Lors de ma visite cet été, je n’ai pas eu la chance de goûter le blanc à base de vermentinu, qui était en rupture de stock, mais si j’en crois mister God Bless Bacchus, j’ai loupé quelque chose !

Mais parlons plutôt de ce que j’ai pu goûter, à commencer par le vin rouge et le vin rosé élaborés par Maria-Francesca, tous deux issus du même cépage, le nielluccio (niellucciu en corse – « niellu » voulant dire « noir, sombre, dur »), l’un des cépages phares de l’île et du vignoble de Patrimonio.

Le rosé : un bouquet de fruits au nez. Un côté fruité que l’on retrouve aussi en bouche. Super agréable à l’apéro !

Le rouge : élevé environ 18 mois en cuve ciment, il est lui aussi très fruité, avec des petits accents de maquis et une rondeur fort agréable.

  • Le Muscat Fruttu di Sole en AOC Muscat du Cap Corse

Muscat du Cap Corse Devichi

Le Muscat Fruttu di Sole est un peu l’emblème du domaine.
En effet, le domaine Devichi a été l’un des premiers domaines à faire du muscat, avant même la naissance de l’AOC Muscat du Cap Corse en 1993.

Les plus vieilles vignes appartenant à la famille Devichi (qui ont 40 ans) sont d’ailleurs des vignes de muscat petits grains.

Le mûrissement optimal des grappes de muscat est assuré grâce à l’exposition sud-ouest des parcelles, qui bénéficient ainsi du soleil presque toute la journée, et grâce à une taille en gobelet, très basse, qui permet de conserver la chaleur.

Selon une tradition familiale, le muscat est élevé en cave, au minimum 3 ans.

J’ai vraiment adoré ce muscat, à la belle couleur ambrée. Il m’accompagne d’ailleurs en ce moment-même alors que je rédige ce billet, avec quelques orangettes artisanales.
Un nez envoûtant, des notes de fruits secs et de miel d’acacia, un parfait équilibre entre acidité et sucrosité, une belle longueur en bouche… bref, un délice ! Je l’ai aussi testé avec des crêpes sucre/citron à l’occasion de la Chandeleur et c’était top.
Prochaine étape : le tester sur du salé, avec par exemple du roquefort. J’en salive d’avance !

Photo d'une partie de la gamme de vins de MF Devichi

  • Les Vins de liqueur

En complément de sa gamme de vins, MF Devichi commercialise également des vins de liqueur.

A l’époque, les parents de Maria-Francesca produisaient des vins de liqueur d’oranges, de myrte, de pêches et de cerises griottes, mais cette production avait été stoppée il y a quelques années.
C’est face aux demandes récurrentes d’anciens clients que Maria-Francesca a décidé de reprendre le flambeau et a appris à confectionner de façon traditionnelle un vin de liqueur aux zestes d’orange et un vin de liqueur aux baies de myrte.

Pour le premier, les zestes d’oranges non traitées sont pelés à la main, pour en diminuer l’amertume, et mis à macérer dans de l’eau de vie. On y ajoute ensuite du vin rosé pour compléter.

Le principe est le même avec les baies de myrte, si ce n’est que le vin rajouté est du vin rouge.

Ces vins de liqueur sont délicieux purs, mais si vous aimez les cocktails, je vous encourage à essayer celui proposé par Guillaume avec le vin de liqueur aux zestes d’orange ou encore celui de Maria-Francesca avec le vin de liqueur de myrte dont vous trouverez la recette ci-dessous :

  • 1/4 de sirop de fraise (ou carrément de la purée de fraises fraîches mixées avec du basilic et de la menthe)
  • 1/4 (voire 1/2 selon la force recherchée) de vin de liqueur de myrte
  • le reste en Orezza (une eau pétillante corse) et glace pilée

Une jeune vigneronne pleine de projets

A la fin de ma visite, nous avons abordé l’avenir et le moins que l’on puisse dire c’est que Mademoiselle D. déborde de projets et d’envies.

A commencer par la volonté de développer l’export, mais de manière plus personnelle, presque plus intime, que ce qui a pu être fait dans le passé.

Parmi ses projets, il y a aussi la construction d’un chai moderne et écologique en plein cœur de ses vignes.

J’ai la chance d’avoir hérité d’une magnifique propriété, à l’heure où des tas de jeunes agriculteurs se battent pour avoir du foncier. Je suis infiniment reconnaissante du travail des générations passées, aussi bien pour le savoir faire que pour les biens qu’elles m’ont laissés.
Idéalement, j’aimerais un jour avoir ma cave et ma maison dans les vignes, en rénovant la vieille bâtisse [NB : celle que l’on voit sur la photo ci-dessous]. J’aspire à un chai moderne , et surtout écologique (autosuffisant par un traitement des effluents de cave ou par la géothermie).
Je suis au cœur d’un site classé, sur un terroir historique et préservé. C’est une force qui te pousse à voir loin, et à voir grand, mais sans aucune prétention parce que la terre, au fond, elle n’appartient à personne…MF Devichi

Bâtisse au coeur des vignes Devichi
Bâtisse au cœur des vignes que MF Devichi voudrait transformer en chai moderne et écologique

Comme je vous le disais plus haut, Maria-Francesca Devichi est très active sur les réseaux sociaux. Pour découvrir son quotidien de vigneronne et vous tenir informés des dernières actualités du domaine, je vous invite donc à la suivre, vous ne serez pas déçus !
Moi par exemple, de retour à Toulouse à la fin de l’été, j’ai adoré découvrir ses photos quotidiennes pendant les vendanges.

Et si vous voulez savoir où vous procurer ses vins, le plus simple c’est de la contacter !

Domaine Devichi

lieu-dit Fontana
20253 Barbaggio

Tel: +33 6 03 83 57 03
Email : m.f[at]wanadoo.fr
Site Internet : à venir
Page Facebook : https://www.facebook.com/MlleD.MFDevichi
Compte Twitter : Devichi Winery @MlleDevichi
Compte Instagram : @mlledevichi

Share

About Maïlys RAY

You May Also Like

8 comments on “Rencontre avec Maria-Francesca Devichi, aka Mademoiselle D., vigneronne en Haute-Corse

  1. joli article !!!! bravo a vous deux 🙂

    • Merci !

  2. merci !!!
    a vous 2 😉

  3. cette présentation affiche une passion et une ambition professionnelle pleine d’avenir!!!!

Laisser un commentaire