,

Rencontre avec Mathieu Marfisi, vigneron à Patrimonio

Me voilà de retour sur le blog après des mois d’absence ! Pour me faire pardonner ce silence prolongé, je vous propose une nouvelle rencontre vigneronne. Direction Patrimonio pour faire connaissance avec Mathieu Marfisi, vigneron au Clos Marfisi et jeune président de l’A.O.P. Patrimonio.

Je suis avec intérêt Mathieu et sa sœur Julie depuis plusieurs années via les réseaux sociaux. Depuis mon installation en Corse, je n’avais pas encore pris le temps de venir leur rendre visite. J’avais cependant eu la chance de découvrir une partie de leurs vignes l’an passé lors d’une journée portes ouvertes organisée par Interbio Corse. Et quelles vignes ! Si vous suivez Mathieu ou Julie sur Instagram vous avez sûrement déjà eu un aperçu de la vue splendide qu’on a depuis leurs parcelles situées sur la route de Farinole. En vrai, c’est encore plus chouette !

Mais trêve de bavardages, rentrons dans le vif du sujet.
Julie était absente le jour de ma visite. C’est donc Mathieu qui nous a fait visiter seul la cave et nous a parlé du domaine.

Julie et Mathieu Marfisi : une histoire de famille

Comme de nombreux domaines en Corse, le Clos Marfisi est un domaine familial. Créé en 1870, il a vu se succéder 4 générations avant l’arrivée de Julie et Mathieu Marfisi.

#Surella #VigneronneNature

Une publication partagée par Clos Marfisi (@closmarfisi) le

Partie à Nice après son BAC, Julie a été la première à céder à l’appel de la terre. De retour en Corse, elle suit en 2010 des études au lycée agricole de Borgo pour obtenir son brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole et commence à travailler sur le domaine avec ses parents. A l’été 2011 elle présente son premier vin : la cuvée Julie (un joli rosé dont je vous parlerai plus bas).

De son côté, Mathieu fait des études d’ingénieur sur le continent et travaille plusieurs années dans la finance à Paris avant de tout quitter pour devenir vigneron. Il suit alors un BTS viticulture et œnologie et rejoint sa sœur sur les terres familiales.

Tous deux sont officiellement à la tête du Clos Marfisi depuis 2015. A écouter Mathieu parler de leurs différents projets, ils n’ont pas l’air de regretter leurs choix !

La philosophie dans les vignes

Vignes Clos Marfisi terroir Ravagnola
Visite dans les vignes du terroir de Ravagnola lors de la journée organisée par Interbio Corse

Le vignoble du Clos Marfisi s’étend sur 15 hectares de vignes, répartis sur 3 terroirs différents :
– Le terroir de Ravagnola. Il concentre le plus gros des vignes du domaine (avec environ 10 ha) et se trouve sur des coteaux argilo-calcaire exposés sud-ouest et situés en bord de mer, sur la route de Farinole
– Le terroir de Gritole. Sur la route de Farinole également mais un peu plus dans les terres, il se compose d’un mélange d’érosions de calcaire et d’alluvions
– Le terroir de Grotta di Sole, plus à l’intérieur et légèrement en coteaux, sur la bosse la plus au sud de l’arène calcaire qui sépare Patrimonio de Saint-Florent. Un terroir plus chaud aux sols argilo-calcaires avec quelques alluvions et un peu de schistes, qui donne des vins plus riches et plus minéraux.

Depuis leur reprise de l’exploitation Julie et Mathieu Marfisi ont restructuré 5 ha et arraché 1,4 ha de muscat petits grains. Ils ont également replanté quelques vieux cépages autochtones (carcaghjolu neru, minustellu et riminese).

La demande de certification bio a également été l’un de leurs chantiers prioritaires dès leur reprise du domaine familial. Après 3 ans de conversion, 2018 sera le 1er millésime à être labellisé « agriculture biologique ». Même si, comme le souligne Mathieu, les vignes du Clos Marfisi ont toujours été travaillées par leur père Toussaint dans cet esprit, sans désherbant et sans produit phytosanitaire chimique.

Il faut dire que le vignoble de Patrimonio jouit de conditions climatiques particulièrement favorables à la pratique de l’agriculture biologique. Sa situation entre mer et montagne permet de réguler les températures en hiver comme en été, et de multiples vents viennent balayer les vignes et les assainir.

En tant que président de l’A.O.P. Patrimonio, Mathieu espère d’ailleurs voir dans quelques années l’appellation à 100% convertie au bio. Un projet qui semble en bonne voie ! Aujourd’hui près des 2/3 des domaines de Patrimonio sont déjà certifiés ou en conversion vers l’agriculture biologique.

La philosophie à la cave

Du côté de la cave, là aussi Julie et Mathieu travaillent de façon non interventionniste, dans un esprit « vins naturels », pour exprimer au mieux le terroir et l’effet millésime. L’ajout de SO2 est limité (et en-dessous de la limite autorisée pour les vins bio) et les vins peu ou pas filtrés afin de ne pas appauvrir leur matière.

Dans la cave récemment climatisée, se côtoient des cuves en inox thermorégulées et des cuves en béton. Ces dernières sont notamment utilisées pour l’élevage des rouges car elles bénéficient d’une plus grande inertie thermique. Mais on trouve aussi 4 amphores en terre cuite et quelques barriques neuves avec lesquelles Julie et Mathieu font quelques expérimentations d’élevage.

Et la dégustation dans tout ça ?

Comme souvent à Patrimonio, j’ai eu une préférence pour les vins blancs du domaine. En matière de rouges corses, mon cœur balance en effet plutôt du côté du sud et du sciacarellu. Ce qui ne m’a pas empêchée d’apprécier également les vins rouges et rosés du Clos Marfisi.

J’ai notamment beaucoup aimé la cuvée Patrimonio – Gritole. Un vin élaboré à partir de vieilles vignes de niellucciu plantées sur un terroir aux sols très profonds. Sur le fruit, avec des tannins fins et une belle fraîcheur, il peut se servir éventuellement un peu rafraîchi.

Côté rosés, le Clos Marfisi propose 2 vins au style très différent : la cuvée « Julie » et la cuvée « Rosé d’une nuit ». J’ai apprécié le côté gourmand et fruité du 1er (un rosé 100% niellucciu en pressurage direct). Mais le 2nd rosé m’a davantage séduite. Ce « Rosé d’une nuit » est obtenu par pressurage direct pour 95% de la cuvée, avec une incorporation de 5 % d’une saignée d’une cuve de rouge ayant macérée une nuit. En bouche, il est à la fois fruité et complexe, avec un bel équilibre. Un vin que j’imagine très bien à table, avec des rougets par exemple.

Côté vins blancs, j’ai adoré la cuvée Patrimonio – Grotta di Sole. On retrouve dans ce 100% vermentinu riche et complexe la minéralité du terroir de calcaire sur lequel il a vu le jour. Gros coup de cœur également pour la cuvée « Empiriques – L’amphore » que j’avais goûtée l’an passé : un 100% vermentinu avec une macération longue de 40 jours et un élevage en amphore. (N.B : Il existe aussi une version en rouge, qui n’est pas mal non plus)

Le Clos Marfisi propose aussi 2 autres vins blancs que je n’ai pas eu l’occasion de goûter. La cuvée Patrimonio – Ravagnola, qui a été en production pour la 1ère fois l’an passé. Et la cuvée « Inseme », un mélange des terroirs de Grotta di Sole et de Ravagnola, qui est déjà en rupture de stock.

J’ai aussi découvert le Muscat du Cap Corse du domaine. Un vin doux obtenu selon le cahier des charges de l’A.O .P., donc avec mutage à l’alcool, mais plutôt dans la limite basse niveau teneur en sucres (93g quand le seuil limite est à 90g). En bouche, cela lui donne un bel équilibre et une certaine finesse aromatique.

Il y a aussi quelques autres vins dans les tuyaux, notamment une collaboration avec Nicolas Mariotti-Bindi, un autre vigneron de Patrimonio qui fait de très jolis vins. Mais il faudra patienter encore un peu pour goûter tout ça ! Un indice ? Si vous aimez les bulles, ça devrait vous plaire 😉

Où goûter les vins du Clos Marfisi ?

Coffret vins Clos Marfisi

Pour goûter les différents vins du Clos Marfisi, vous pouvez déjà vous rendre au caveau. Vous y découvrirez le sonnet composé en l’honneur de Toussaint-Mathieu Marfisi, le fondateur du Clos Marfisi, par les « amis du bon vin » lors d’une fête de la Saint Martin. C’est d’ailleurs ce sonnet qui apparaît en filigrane sur une grosse partie des étiquettes du domaine.

Mettons le mauvais rêve en fuite, chassons le noir souci qui nous poursuit en vain.
Buvons, chantons, dansons et que la Saint Martin se célèbre toujours, à présent comme ensuite.

En dehors du caveau, pas la peine de chercher les vins au supermarché. Julie et Mathieu Marfisi préfèrent privilégier les cavistes et restaurateurs.

Seule ombre au tableau: sur les 50 000 bouteilles produites par le Clos Marfisi, la majorité est écoulée en Corse. Heureusement on trouve quand même quelques bouteilles sur le continent, notamment à Paris et Marseille. Le domaine exporte aussi aux Etats-Unis (via l’importateur Sélection Massale) et un peu au Japon.

Le plus simple pour savoir où chercher les vins du Clos Marfisi c’est de contacter directement Julie et Mathieu Marfisi!

Clos Marfisi
20253 Patrimonio

Tel: +33 (0)6 14 75 22 41
Email : mathieu.marfisi@gmail.com
Page Facebook : https://www.facebook.com/closmarfisi/
Compte Instagram : @closmarfisi (compte de Mathieu)

Share

About Maïlys RAY

You May Also Like

One comment

  1. Ca donne envie ! Merci pour le recap très intéressant à lire.

Laisser un commentaire