,

Retour sur le Vinocamp Jura

Le dernier week-end de juin le Jura accueillait une nouvelle édition du Vinocamp. Autant vous dire que dès que j’ai eu vent de cette destination, mon week-end était réservé. Je ne pouvais en effet pas manquer cette occasion rêvée d’approfondir ma connaissance du vignoble jurassien tout en assouvissant mon penchant non dissimulé pour le vin jaune et le comté. Mais rentrons dans le vif du sujet avec un retour éclair sur ce week-end vin 2.0 haut en couleurs…


Début des festivités le samedi à 9h à Arbois, et plus précisément au Château Pécauld, qui abrite le Musée de la Vigne et du Vin mais aussi le Comité Interprofessionnel des Vins du Jura (CIVJ).

Malgré le temps froid et pluvieux, l’accueil chaleureux de nos hôtes et la bonne humeur des participants ont tôt fait de réchauffer l’atmosphère.

La journée a débuté par une brève présentation des vins du Jura par le président du CIVJ, Jean-Charles Tissot, et son directeur, Baudoin de Chassey, suivie d’une intervention du maire d’Arbois, Bernard Amiens.

L’occasion de rappeler que le Jura figure parmi les premières régions françaises à avoir obtenu l’AOC. Aujourd’hui les vins du Jura, c’est 6 AOC dont 4 appellations géographiques (Arbois, Château-Chalon, Côtes du Jura, L’Etoile) et 2 appellations produits (Macvin du Jura et Crémant du Jura). C’est aussi un vignoble de 1850 ha qui fait la part belle aux cépages autchtones que sont le Poulsard, le Trousseau et le Savagnin, même si on y trouve aussi du Pinot Noir et du Chardonnay.

Le maire d’Arbois a évoqué quant à lui le passé historique de sa ville et n’a pas manqué de nous rappeler que si Arbois, capitale des vins du Jura, était indissociable de la tradition viticole, elle devait aussi sa renommée à l’un de ses célèbres habitants : Louis Pasteur. Celui à qui l’on doit la découverte de la pasteurisation est aussi le père de l’œnologie moderne grâce à ses travaux sur la fermentation.

Les présentations terminées, voici venue l’heure de définir les thèmes des ateliers de la journée. Comme toujours, les sujets intéressants ne manquaient pas et la difficulté consistait à faire son choix.

Les ateliers

Themes-ateliers-Oenotourisme-Vinocamp Jura 2013

Le mien se porta sur le thème Interpro 2.0 pour le 1er atelier de la matinée. Parmi les sujets de discussion abordés : la stratégie des vins du Jura qui se sont mis à l’heure du vin 2.0 en créant un blog et une page Facebook (adresses à retrouver à la fin de ce billet), les complémentarités des différents réseaux sociaux pour toucher des publics différents, mais aussi le type de contenus à diffuser et les problèmes rencontrés pour faire remonter les infos, avec à l’appui le retour d’expérience de représentants d’autres interprofessions.

La première session de l’après-midi me permit quant à elle d’aborder le thème de la vidéo dans l’univers du vin. L’occasion de râler encore et toujours sur cette foutue loi Évin et de réinsister sur la nécessité de signer la pétition Touche Pas A Mon Vigneron. Mais l’occasion aussi de montrer qu’il est possible de faire des choses intéressantes à travers les exemples de l’émission Millésime diffusée sur France3 Bourgogne, de la vidéo du Château La Levrette ou encore de la web série Awinelife. La conclusion de l’atelier : il y a de la place pour plus de créativité dans l’univers du vin, même avec les contraintes imposées par la loi Évin, donc il ne faut pas hésiter à utiliser la vidéo. Sans compter qu’une vidéo est 53 fois mieux référencée qu’un site internet sur Google!

Pour la dernière session de la journée, j’ai opté pour le thème “RP/blogueurs”. Un atelier qui me confirma rapidement des incompréhensions des 2 côtés. Difficile de résumer cet atelier qui a généré pas mal de discussions, donc je vous invite à suivre le fil #Vinocamp sur Twitter pour prendre connaissance des quelques tweets échangés pendant la session.

Maintenant parlons un peu de vin!

“Il n’y a pas que le vin jaune dans le Jura!”

Voici en résumé le message que l’on a tenté de nous faire passer à travers les dégustations qui ont rythmé le week-end.
Car si le vin jaune est indissociable du Jura, il ne représente que 3% de la production.

Samedi, les vignerons venus nous faire déguster leurs produits pendant la journée et/ou lors de la soirée chez Henri Maire nous ont permis de découvrir les appellations Arbois et Côtes du Jura.
Dimanche, ce sont les appellations Château-Chalon et L’Etoile qui étaient à l’honneur avec une séance de dégustation “avec vue” sur le belvédère de Château-Chalon.

Des dégustations qui m’ont permis d’appréhender la richesse et la diversité des vins du Jura.
Les crémants d’abord m’ont beaucoup plu, tant en blanc qu’en rosé.
Côté rouge, j’ai découvert avec plaisir le Trousseau et le Poulsard, avec cependant une nette préférence pour le premier qui m’a semblé avoir plus de caractère et de complexité.
Si les blancs floraux ne m’ont pas particulièrement séduite, j’ai en revanche particulièrement apprécié bon nombre des blancs tradition que j’ai eu l’occasion de goûter. Il faut dire que je suis fan des élevages sous voile et le Savagnin se prête très bien à ce type d’élevage.
Quant au vin jaune, je pensais le connaître mais j’ai été bluffée par la diversité des vins jaunes dégustés pendant le weekend et par les différences de profil gustatif entre les appellations.
Ce week-end m’a enfin permis de découvrir avec un plaisir non dissimulé 2 autres spécialités du Jura : le vin de paille, qui est un liquoreux, et le macvin, qui est une mistelle.

En résumé, de belles découvertes mais aussi et surtout de belles rencontres avec des vignerons passionnés et passionnants.
Rendez-vous sur la page Facebook de Very Wine Trip pour découvrir en images une petite sélection des vins qui m’ont le plus plu dans l’album photo du week-end.

Dernier volet de ce week-end : l’oenotourisme

Car le Jura joue à fond la carte de l’oenotourisme.
Le vignoble du Jura, qui s’étend de Salins-les-Bains au Nord à Saint-Amour au Sud, est d’ailleurs une destination reconnue par la marque “Vignobles et Découvertes”.
La balade du dimanche nous a permis de découvrir de splendides paysages et quelques lieux incontournables comme la cascade et les grottes de Baume-les-Messieurs ou encore le charmant village de Château-Chalon.
En tout cas, ce court weekend aura suffi à me convaincre que ce département valait vraiment le détour et méritait d’y revenir. Que vous soyez amateurs de vin, de gastronomie ou de belles pierres, soyez certains que vous trouverez votre bonheur en visitant le Jura!

Oenotourisme-Vinocamp Jura 2013
Journée d’oenotourisme dans le Jura

Plusieurs événements rythment l’année, mais le plus célèbre d’entre eux est certainement la Percée du Vin Jaune. C’est pourquoi je vais terminer ce billet avec une vidéo revenant sur l’édition 2013 de cette manifestation.

Et pour en savoir plus sur les vins du Jura, je vous invite à vous rendre sur leur blog : http://www.blog-jura-vins.com/ et sur leur page Facebook : https://fr-fr.facebook.com/juravins

Share

About Maïlys RAY

You May Also Like

5 comments on “Retour sur le Vinocamp Jura

  1. Merci de partager votre wine tour !:) J’aime aussi beaucoup le vin jaune et j’aimerai faire ce genre d’escapade dans le Jura, j’espère pouvoir le faire sous peu 🙂

Laisser un commentaire