Accords mets & vins #2 : Rosés du Pays d’Oc et plats d’été

Keep-calm-it's-summer-time

Bien que les prévisions météo de la semaine puissent nous faire douter, l’été est bien arrivé et en été, je ne sais pas vous, mais moi j’ai envie de fraîcheur dans mon assiette, mais aussi dans mon verre. Il semblerait que l’Interprofession des vins des Pays d’Oc IGP ait deviné mes envies puisque j’ai reçu il y a quelques semaines 2 rosés du Pays d’Oc à découvrir.

Sur les 2 bouteilles reçues, j’en connaissais déjà une, le rosé Villa Blanche de Calmel & Joseph, pour avoir dégusté ce vin lors de mon périple à Carcassonne. J’avais donc déjà une idée assez précise du goût que pouvait avoir ce rosé, et j’ai voulu tenter de lui trouver un accord estival pour ces accords mets et vins #2.
Du coup, je me suis dit que j’allais faire pareil avec la seconde bouteille, le rosé Chat Pitre du Clos de l’Amandaie. Voici le résultat de mes expérimentations d’accords vins et « mets d’été » avec ces rosés du Pays d’Oc ;)

Rosé Villa Blanche – Calmel & Joseph

Rosé-Villa-Blanche---Calmel-&-Joseph

Comme j’en faisais mention plus haut, j’avais déjà goûté ce vin lors des quelques jours passés à Carcassonne.

Moi qui ne suis pas une grande adepte des rosés très pâles, j’avais été agréablement surprise par ce rosé élaboré par Calmel & Joseph (dont je vous ai déjà parlé ici) à partir d’un cépage bien connu dans le Languedoc Roussillon, le grenache gris.
En voyant la couleur quasi translucide, je m’attendais en effet à un vin très peu aromatique, sans beaucoup de matière, alors qu’il n’en est rien.
On est loin de l’explosion de fruits, mais la finesse et la subtilité des arômes vous embarquent tout autant. On oscille entre les fleurs et les fruits rouges, avec quelques notes un peu herbacées. L’ensemble est très frais en bouche, avec une acidité maîtrisée et une jolie longueur.

Côté accord, j’ai eu envie de l’associer à des brochettes de melon et chèvre frais.

Brochettes-Melon-Chèvre-Frais

On pense souvent à des vins sucrés avec le melon, mais pour moi ce type d’accords fonctionne si on compte déguster le melon au dessert. Là c’était en entrée, donc j’avais plutôt envie de fraîcheur.
J’aurais pu partir sur un blanc, pourquoi pas à base de viognier ou de muscat, mais j’avais envie d’un vin qui accompagne sans être trop présent, afin d’apprécier pleinement le goût de mon melon. Or avec des cépages comme le viognier ou le muscat, on aurait eu des vins bien trop aromatiques.
Comme ce rosé de Calmel & Joseph a, au contraire, une trame aromatique assez légère et subtile, je me suis dit que ça pourrait bien fonctionner, autant avec le melon qu’avec le chèvre.

Rosé-Villa-Blanche-+-Melon-Chèvre-Frais

Verdict du panel de dégustateurs : ça fonctionne bien !
Le vin a joué sa partition en finesse, sans s’effacer face au melon. Le sucré du melon bien mûr et le fondant du chèvre ont accueilli avec plaisir la fraîcheur et la très légère sucrosité du rosé.
Bref, ce n’était pas gagné d’avance, mais mon intuition n’était finalement pas si mauvaise que ça.
A 8€ la bouteille, ça vaut le coup car c’est un vin qui a suffisamment de « présence » pour continuer à table sur des mets un peu plus élaborés.

Rosé Chat Pitre – Clos de l’Amandaie

Rosé-Chat-Pitre---Clos-de-l'Amandaie

Je ne connaissais pas du tout ce vin, ni le Clos de l’Amandaie, mais j’ai trouvé l’étiquette rigolote.

Je me suis donc renseignée un peu sur le domaine.
Le Clos de l’Amandaie est donc situé à Aumelas, à 25 kilomètres au Nord-Ouest de Montpellier, et existe depuis 5 générations. Aujourd’hui, ce sont Stéphanie & Philippe Peytavy qui sont à la tête de l’exploitation.

Concernant leur philosophie de travail à la vigne, ils ne revendiquent pas d’agrément biologique, mais cultivent leurs vignes dans le respect de l’environnement et de la biosphère en privilégiant notamment les produits d’origine naturelle. L’apport de souffre est également limité dès les vendanges, et une fois en cave, ce sont les levures indigènes qui font leur boulot. Pigeages et extractions sont favorisés « pour révéler et préserver l’élégance du terroir ».

La cuvée qui nous intéresse, le fameux Chat Pitre rosé, est un rosé de saignée, élaboré à partir de 3 cépages (Syrah 40% – Grenache 30% – Cinsault 30%), vinifiés séparément. L’élevage se fait en cuve pendant 6 mois.

En bouche, c’est un rosé très gourmand, sur les fruits rouges bien mûrs, avec une acidité qui lui apporte une belle fraîcheur.

Après l’avoir goûté, j’ai tout de suite eu envie de lui associer un plat d’été que j’affectionne particulièrement : les fameuses tomates-mozzarella (« di buffala campana » bien entendu, ai-je vraiment besoin de le préciser), avec un filet d’huile d’olive et du basilic.

Tomates-Mozzarella

Dans ce plat, l’acidité des tomates répond au crémeux de la mozzarella.
En mariant ce plat au rosé Chat Pitre, on a un vin gourmand et fruité qui se marie bien à l’acidité des tomates, et dont la fraîcheur vient contrebalancer le gras apporté par la mozzarella. De plus les petites notes de fraises qu’on peut retrouver dans le vin s’accordent à merveille avec le basilic (si vous n’avez pas encore testé l’accord fraise-basilic, vous ne savez pas ce que vous ratez !).

Là encore, l’accord a remporté un franc succès auprès du panel de dégustateurs.
Avec un prix indicatif de 6€ pour cette bouteille, vous auriez tort de vous priver de tester cet accord chez vous.

Rosé-Chat-Pitre-+-Tomates-Mozzarella

Bon, c’est pas tout ça, mais la rédaction de ce billet m’a donné faim, alors je m’en vais de ce pas tester d’autres accords.
Bonnes dégustations !

1 commentaire sur “Accords mets & vins #2 : Rosés du Pays d’Oc…

Laisser un commentaire