#VDV63 : la patience…ou l’art d’espérer

J’ai beau avoir choisi le thème de ces VDV #63, en tant que présidente éphémère des Vendredis du Vin, j’ai tout de même eu des difficultés à trouver le sujet de ma participation. Une raison toute simple à cela : je ne suis pas patiente !

Je ne le suis pas dans la vie, et je ne le suis pas non plus pour tout ce qui a trait au vin. Dans ce dernier cas, j’ai quelques excuses. La première étant que je n’ai pas de vraie cave, mais seulement une petite armoire d’appartement, pas du tout adaptée pour faire vieillir des vins. La seconde excuse tient à mes parents et grands-parents qui n’en avaient pas non plus, donc je n’ai jamais eu l’habitude d’ouvrir de vieilles bouteilles en famille pendant mes jeunes années. Là, vous êtes sûrement en train de vous dire “Pourquoi diable avoir choisi ce thème si la patience n’est pas son fort ?”

Quand un Chemin de Moscou invite à la patience…

Magnum-Chemin-de-Moscou-Domaine-Gayda
Magnum, mon beau magnum…

Tout a commencé avec un magnum de Chemin de Moscou du Domaine Gayda que l’on m’a offert à Noël. C’est un domaine que j’aime beaucoup, et une cuvée que j’apprécie également. Autant vous dire que j’avais des projets pour ce magnum dans un futur relativement proche. Mais ça c’était avant !

Avant de passer sur le stand du Domaine Gayda lors de mes tribulations à Millésime Bio et avant de discuter avec Vincent Chansault, le winemaker au domaine, de ses vins et de mon fameux magnum. Quand la personne qui est derrière le vin que vous aimez vous explique que ce dernier mérite vraiment qu’on l’attende encore quelques années (4-5 ans dans mon cas), vous avez du mal à faire la sourde oreille. Alors oui, j’aime ce vin, et pour l’avoir goûté dans ce millésime, je l’aime déjà tel quel. Sauf que voilà, à force de vouloir jouir trop vite du plaisir procuré par ce vin, je me suis rendue compte que je passais effectivement à côté de ce qu’il pourrait devenir, de son évolution vers plus de complexité. Une complexité qui pourrait potentiellement me séduire encore plus…

Faisons un parallèle en prenant l’exemple de Sean Connery (oui, oui, j’ai bien dit Sean Connery et non, je n’ai pas bu avant d’écrire ce billet, attendez que je vous explique !). Sean Connery donc, est à mes yeux l’exemple parfait de l’acteur que l’on jugeait séduisant “jeune”, du temps des James Bond, mais qui est pour moi bien plus sexy et séduisant “vieux”. C’est vrai qu’il n’a plus le physique (ni les muscles) d’un jeune premier. Il a des rides, les cheveux blancs…Un visage marqué par la vie en somme. Mais c’est justement ce vécu qui lui donne un ne sais quoi de plus qui le rend si charismatique à mes yeux. Pour un vin, j’imagine aisément que cela puisse être pareil.

sean-connery

J’ai donc décidé d’attendre (ou du moins, d’essayer d’attendre) mon Chemin de Moscou, en espérant qu’il vieillisse aussi bien que Sean.
Il me fallait donc trouver un autre sujet pour mon billet pour les #VDV63…

J’ai par conséquent essayé de me remémorer mes quelques expériences avec des vins de plus de 10 ans. Pas très compliqué, vu que ces expériences se comptent presque sur les doigts d’une main.

Patience et Bordeaux…

Château-La-Mission-Haut-Brion-1987

Il y a d’abord eu quelques vins de Bordeaux. Les Bordeaux font partie de ces vins que je ne commence à trouver intéressants que quand ils ont atteint un certain âge, pour ne pas dire un âge certain. Dans la jeunesse, je trouve qu’ils manquent souvent de finesse, d’élégance, de complexité. Mais il est vrai qu’en les attendant je ne doute pas que certains puissent au final me plaire.

J’ai par exemple eu l’occasion de goûter la Mission Haut-Brion en rouge dans 2 millésimes différents : un 1987 et un 2004. Eh bien, pour le coup, le 1987 m’a vraiment déçue. Je ne sais pas si c’est parce que j’en attendais beaucoup, parce que l’accompagnement en termes de mets ne convenait pas ou si tout simplement le vin avait été mal conservé, mais le moins que l’on puisse dire c’est que ce vin m’a laissée sur ma faim. C’est donc avec peu d’enthousiasme que j’ai ouvert plus récemment la bouteille du 2004. Et là, le charme a opéré comme par magie. J’ai apprécié ce vin, savouré sa complexité, même si je me suis aussi dit qu’il aurait pu être encore meilleur dans quelques années.

Château-La-Mission-Haut-Brion-2004

Je retiens aussi cette dégustation d’un Yquem 1998. Bon là, je n’en ai bu qu’une toute petite gorgée mais cela a suffi à me transporter. Une telle complexité dans ce vin ! Je suis convaincue que les liquoreux font partie de ces vins qui méritent d’attendre un moment en cave pour dévoiler toute la palette de leurs arômes. On les trouve souvent lourds, mais ce nectar qui a glissé sur ma langue était tout sauf lourd. Après tant d’années il avait réussi à conserver cette pointe d’acidité qui venait contrebalancer le sucre, et la richesse de ses arômes était incroyable (et pourtant je crois que 1998 n’est pas un grand millésime d’Yquem). Bref, il valait le coup d’attendre ! Et il va sûrement falloir que je m’arme de patience avant de pouvoir retremper mes lèvres dans ce vin…

Patience et champagne…

cuvée-Cristal-de-Roederer

J’ai aussi eu l’opportunité de goûter 2 cuvées de champagne dans des millésimes un peu âgés : la Cuvée Cristal de Roederer 1994 et la Cuvée n°728 de Jacquesson.
Des styles différents, mais 2 cuvées qui ont su me prouver que le champagne vieillissait très bien et présentait des arômes vraiment intéressants en prenant un peu de bouteille.

cuvée-n°728-Jacquesson

Vauvenargues disait dans ses Réflexions et Maximes :

La patience est l’art d’espérer.

Bien qu’éternelle impatiente, j’aime bien cette idée.
Je vais donc tâcher de faire davantage preuve de patience dans le vin pour espérer découvrir les secrets que peuvent me réserver ces vieilles bouteilles oubliées au fond d’une cave…

Pour retrouver les autres participations à l’occasion des Vendredis du Vin, suivez les hashtag #VendredisduVin ou #VDV63 sur Twitter. Et rendez-vous dans quelques jours sur le blog pour le résumé de ces VDV #63, avec toutes les participations.

Share

About Maïlys RAY

You May Also Like

12 comments on “#VDV63 : la patience…ou l’art d’espérer

  1. Bon, alors on peut y participer quand ?

    • Mais tu peux y participer aujourd’hui si tu veux Laurent. Il suffit d’écrire quelque chose sur le thème et de le publier sur son blog si tu en as un, sur la page des Vendredis du Vin ou même ci-dessous en commentaire.

  2. Après, 87 n’était pas non plus l’année du siècle…

    Pour Yquem, je te rejoins, j’ai fais un 1997 (oh le chanceux) et un 1993, et les deux trempages de lèvres (et quelques gorgeons) furent ouaaaaaahhh

    Enfin sur le champ’, je suis un gros gros amateur des vieux millésimes… J’ai fait pas mal de cuvées en 90, 96, 98, un Bollinger 89 (graou), et je viens de rentrer un Drappier 79 que j’attend patiemment pour ouvrir 😉

    • Tom, sur les champagnes, je veux bien t’accompagner à l’occasion 😉

      • Of course ! Quand viens-tu sur Paris ?

        • Pas de déplacement prévu sur Paris pour l’instant, mais je te tiendrai au courant.

  3. Bonjour,

    Les vendredis du vin m’intéressent beaucoup et j’aimerais y participer, pouvez-vous m’en dire davantage, savez-vous quand se déroule le prochain et où il a lieu?

    Merci d’avance =)

    Lucile

Laisser un commentaire