#VDV68-vin-et-jeunes

#VdV68 : le vin et les jeunes

{Oui, je sais, c’est dimanche, mais j’ai eu un mot d’excuse de la présidente ;)}

« Le vin et les jeunes« , voici le thème proposé par la présidente du mois des Vendredis du Vin, j’ai nommé Nathalie Merceron, auteure des blogs Saveur Passion et Côtes-du-Rhône News.

Pour ces VdV #68, j’enfourche donc un cheval de bataille qui m’est cher, juste avant la rentrée scolaire-universitaire : quelle initiation au vin ? Quel vin faire déguster, dans quelle circonstances, quelle appellation « facile » ou chouchou, quel type de vin, quelle couleur, chez quel vigneron, et comment… ? Quel vin pour un jeune ? Ou quel « vin de jeune » ? 20 d’jeun en 2.0.

Je n’ai pas d’enfants et n’ai donc pas encore eu l’occasion de faire découvrir cet univers qui me plaît tant à des petits. Mais je suis convaincue que le jour où j’en aurai, je privilégierai l’éducation en les emmenant dans les vignes, en leur montrant comment le vin est fait, en leur présentant des vignerons, etc. car c’est selon moi la meilleure façon de combattre l’alcoolisme et les problèmes de binge drinking des jeunes. Je salue à cet égard les initiatives menées en Bourgogne pour initier les enfants au monde du vin.

Si je n’ai pas encore eu l’occasion d’encourager des enfants à découvrir l’univers du vin, j’ai en revanche tenté d’accompagner ma sœur, qui a 10 ans de moins que moi, dans son apprentissage. Elle a la vingtaine donc elle est pile dans la tranche d’âge où on commence à s’intéresser au sujet.

Un peu comme moi, elle n’a longtemps aimé que le champagne. Mais elle commence à élargir son horizon depuis 1 ou 2 ans.

Après l’avoir encouragée sur cette voie avec le très bon bouquin d’Ophélie Neiman aka Miss Glouglou (qui depuis a récidivé avec « Le vin, c’est pas sorcier« , que je n’ai pas encore eu l’occasion de lire), j’ai essayé de la guider un peu sans pour autant lui imposer mes goûts.
Car je suis persuadée qu’il est important de ne pas vouloir à tout prix imposer ses choix et ses goûts à quelqu’un qui commence à s’intéresser au vin, surtout quand il s’agit d’un jeune. Il faut que la démarche vienne de la personne qui débute et surtout, il faut l’écouter, comprendre ses goûts, ses envies, etc.

Pour reprendre l’exemple de ma sœur, au début, elle ne voulait entendre parler que de vins sucrés. Ce n’est pas ce que je préfère, donc forcément j’avais envie de lui faire découvrir des rouges.
Mais j’ai pris mon mal en patience, et j’ai plutôt essayé de lui conseiller des moelleux un peu sympas, de l’encourager à aller chez le caviste ou dans des bars à vins pour découvrir des vins, plutôt qu’au supermarché, tout en essayant de la guider vers « le moins pire » quand elle se retrouvait quand même devant le rayon du Monoprix près de chez elle.
Voyant qu’elle devenait plus réceptive, j’ai ensuite essayé de lui conseiller, ou de lui faire goûter quand j’étais sur place, des rouges un peu légers, sur le fruit, pour vaincre son dégoût des vins des rouges.

Bilan des courses : petit à petit, elle apprécie de plus en plus un bon verre de vin et ses goûts évoluent.

Aperçu des vins dégustés par ma soeur
Quelques uns des vins dégustés par ma sœur

Même s’il lui arrive parfois de boire un verre de rosé pamplemousse, elle me dit préférer largement un rosé comme celui de Jean-Christophe Comor du domaine Les Terres Promises.
Elle qui ne jurait que par les blancs moelleux, apprécie aujourd’hui les rouges, et les préfère même aux blancs secs.
Et je ne compte plus les fois où j’ai souri en recevant une photo des vins qu’elle a dégustés dans tel ou tel restaurant ou bar à vin (à Lyon, elle aime notamment beaucoup le Wee-An près de la Part-Dieu).

Même côté champagne ses goûts ont changé. Car si ça reste une de ses boissons favorites, mademoiselle ne jure aujourd’hui que par le champagne de Jacques Lassaigne, jugeant les autres, surtout les marques commerciales, « sans intérêt » (le magnum sur la photo c’est d’ailleurs du Jacques Lassaigne !).

Bref, sans l’avoir forcée à aimer ce que j’aime, je crois avoir réussi à lui donner envie de goûter des vins différents, à l’encourager à ne pas rester sur des a priori. J’attends avec impatience le jour où ce sera elle qui me fera découvrir des pépites !

P.S : copyright « ma petite sœur » pour toutes les photos de ce billet. Merci à elle 😉

Lustre-du-Wee-An-à-Lyon
Le très chouette lustre du Wee-An à Lyon

You May Also Like

3 comments on “#VdV68 : le vin et les jeunes

  1. VE2F
    1 septembre 2014 at 15 h 32 min

    Bonjour Maïlys ! Vraiment un chouette article sur la jeune génération et la découverte du vin (qu’ils doivent appréhender). C’est en effet important de lui donner les bons conseils pour démarrer dans le vin, comme se rendre chez le caviste ! Et puis cela fait plaisir de lire quelque chose de positif qui concerne à la fois le vin et les jeunes 😉 Bonne continuation à votre petite soeur

  2. Saby
    25 novembre 2014 at 15 h 31 min

    C’est génial de voir l’évolution de votre sœur et ses goût. Je pense comme vous que c’est à la vingtaine que les jeunes s’ouvrent aux différents vins et qu’ils faut les accompagner à cette découverte. En tous cas, article super intéressant !

Laisser un commentaire